lundi 20 mars 2017

Lettre du 21.03.1917





Madame P. Gusdorf  22 rue du Chalet 22  Caudéran

Mecknassia Fokania, le 21 Mars 1917

Ma Chérie,

Nous voilà déjà 2 jours dehors : nous sommes campés à environ 15 km au NE (1) de Taza, à côté du village de Mecknassa Fokania (2), soumis depuis assez longtemps et dont les habitants font un commerce assez important avec nous, aussi bien ici qu’à Taza. Il y a ici de grands troupeaux, des quantités énormes de poules et d’oeufs, de l’orge et des oranges. L’eau aussi est à une centaine de mètres du camp qui reçoit presque journellement un convoi de Taza.
A part l’engagement très sérieux du 14 avec les troupes régulières d’Abd el Malek (3), il n’y a pas eu grand chose ces jours-ci et on dit que nous attendons l’arrivée du Groupe Mobile de Fez pour attaquer les camps d’Abd el Malek situés à une vingtaine de km au Nord (4). Mais comme la frontière du Rif espagnol est assez proche, le bandit, une fois battu, nous échappera probablement comme l’année dernière (5)
Le temps est beau, mais il fait un vent assez violent et les nuits sont glaciales, bien que ce soit aujourd’hui le commencement du printemps, je crois. Je sers cette fois-ci d’agent de liaison entre la Compagnie et le Bataillon, emploi qui me procure l’avantage de ne pas prendre la garde de nuit en route. Dès que nous arrivons à l’étape et pendant le temps qu’on y reste, je communique les ordres et détails du Bataillon à la Compagnie et je couche aussi à côté du Bureau du Bataillon dans une tente réservée aux agents de liaison. 
Tes lettres des 8 et 11 courant me sont bien parvenues hier ainsi que les journaux, le N° du Journal du Peuple (6) et celui du Canard Enchaîné (7) dont je te remercie. Je trouve ce dernier journal très spirituel ; c’est une des rares publications qui s’élève ouvertement contre les excès du chauvinisme. La petite histoire de Robinson est bien tournée !
Pour la bonne règle, je te fais remarquer que je t’ai accusé au moins 3 fois réception de ton mandat de Janvier et que celui de Février m’est également bien parvenu. Est-ce que Mme Robin t’a remboursé les avances que tu as faites à la Cie pour la location de l’installation électrique ? Les additions et soustractions de Suzette sont justes, mais dans la multiplication il y a une erreur et parmi les divisions il y en a 3. Je te retourne sa page pour qu’elle puisse s’en rendre compte. J’ajoute qu’à son âge on doit bien s’attendre à quelques fautes. La méthode française pour faire des divisions est du reste - surtout pour les débutants - plus difficile que celle enseignée en Allemagne.
Je t’ai déjà envoyé un peu avant mon départ de Taza une vue de la vieille tour de Bab Djema (8). Les fortifications en question ne servaient pas d’habitation, mais exclusivement de défense. Mais elles ont facilement un millier d’années et c’est cet âge qui explique la déconfiture. Les canons français n’ont pas tiré un seul coup sur la ville, qui a été prise sans combat (9). Des rencontres ont eu lieu sur les hauteurs voisines qui portent maintenant de petits forts et à Bou Ladjeraf (10), à 7/8 km en arrière.
Ton exposé sur notre progéniture montre de nouveau que tu n’as pas perdu ton courage, ce que je trouve étonnant après toutes les épreuves et souffrances. Les derniers succès sur le front anglo-français (11) dont les télégrammes sans fil sont pleins me laissent espérer que nous nous reverrons quand même encore cette année - que ce soit au moins vrai ! J’espère que je serai à temps de retour à Taza pour envoyer un petit souvenir pour la fête de Georges pour que lui aussi ait quelque chose du Maroc !
Ce sacré sirocco recommence à souffler et nous envoie des nuages de poussière dans la tente. Ma place est toute couverte de journaux, car j’en ai reçu hier quelques-uns de Penhoat ainsi que de Cardiff. (12)
Mes meilleurs baisers pour toi et les gosses.


Paul



Notes (François Beautier)
1) - "15 km. au NE de Taza" : la distance à vol d'oiseau est de 12 km., l'orientation est au nord-ouest de Taza. Le site permet de contrôler les rebelles qui pourraient dévaler du Rif en suivant la piste de l'oued El Hadar.
2) - "Mecknassa Fokania" : actuel Meknassa-Fontania, village perché au-dessus de celui de Meknassa-Tahtania, chef-lieu de la tribu des Meknassa.
3) - "Abd El Malek" : Paul n'a pas décrit ces combats du 14 mars (et n'a pas signalé ceux des 15 et 16 mars), ou alors en désignant les rebelles d'Abdelmalek par l'expression "contingent de partisans", lequel groupe aurait tué ou mis hors combat les Légionnaires déserteurs (voir la lettre du 17 mars 1917).
4) - "au nord" : au nord de la route Taza-Fès que les troupes rebelles cherchent à franchir pour appuyer les rébellions en cours à l'ouest du Moyen Atlas et à l'est du Haut Atlas.
5) - "l'année dernière" : le 27 janvier 1916, Abdelmalek parvint à s'échapper vers le nord pendant que son camp de Souk el Had des Gheznaïa était pris et détruit par la Légion.
6) - "Journal du Peuple" : ce quotidien socialiste fondé en 1916 par Henri Fabre s'intéressa particulièrement à la Révolution russe et en donna des nouvelles dès ses débuts (en mars 1917).
7) - "Le Canard enchaîné" : hebdomadaire satirique fondé en 1915 par Maurice et Jeanne Maréchal, réputé pour la précision de ses informations.
8) - "Bab Djema" : la carte postale du 7 mars 1917 représentait la tour de la porte fortifiée de Bab Djemah.
9) - "prise sans combat" : les combats se déroulèrent autour de la ville, qui fut investie pacifiquement le 10 mai 1914.
10) - "Bou Ladjeraf" : la création de ce poste par la Légion entraîna des combats rapprochés en janvier 1915. Paul y était en colonne mobile lorsque le site fut attaqué le 15 août 1915. Tout ce paragraphe où Paul "oublie" les combats du passé, a pour but de rassurer Marthe qui sait par la presse que la route Taza-Fès est soumise à la pression des rebelles d'Abdelmalek.
11) - "front anglo-français" : allusion aux reprises de Bapaume et Péronne par les Anglais, et de Roye, Noyon, Ham, Chauny... par les Français entre les 17 et 21 mars (jour d'envoi de cette lettre). Cependant le recul des troupes allemandes qui évacuent en bon ordre le saillant de Bapaume a pour but de les réinstaller plus solidement, à partir du 21 mars, sur la Ligne Hindenburg (ou "Siegfried" selon les Anglais).
12) - "de Cardiff" : Paul reçoit assez fréquemment, de son ami et collègue Sanders, le quotidien du sud du Pays de Galles (le South Wales Daily News) édité à Cardiff. Chacun sait en France, à cette époque, que le Premier ministre britannique Lloyd Georges est le premier des Gallois puisqu'il est le premier d'entre-eux qui ait accédé à un tel pouvoir dans le Royaume-Uni. On imagine que cette attention portée par Paul au premier quotidien gallois devait interpeller ses supérieurs et ses collègues.