vendredi 3 novembre 2017

Lettre du 04.11.1917

Sur la route d'Aïn Leuh, 1917


Madame P. Gusdorf  22 rue du Chalet 22  Caudéran

Oudjda, le 4 Novembre 1917

Ma Chérie,

Me voilà de nouveau à Oudjda : dès mon arrivée hier soir je t’ai envoyé une carte (1) pour t’annoncer mon retour au Maroc et je pense que d’une façon générale tu ne te plaindras plus de ma correspondance. Je t’ai écrit au moins 3 fois (2) de Port-Vendres, 2 lettres et une carte d’Oran (3). Et, hélas, pas encore un mot de toi, et pourtant Dieu sait si je l’attends ! Je compte trouver une lettre à Taza où j’arriverai le 6 au soir.
Dès vendredi soir je suis allé à Bel Abbès (4), mais comme je le craignais, ma valise a disparu, sans laisser une trace. Je suis allé réclamer partout, j’ai fouillé tous les magasins : il y a eu tant de magasiniers et de sous-officiers comptables depuis 3 ans qu’une responsabilité ne peut être établie ... Ce qui me fait mal au coeur, c’est la perte de la montre en argent que mon père m’avait offerte en 1896, qu’il avait déjà portée lui-même et dans laquelle son nom était gravé ... La montre même ne valait plus grand chose et n’a jamais valu mon joli chronomètre “Lip” (5), mais c’était un des rares souvenirs de mon père ...
Tu ne te figures pas avec quels sentiments je revois ce bled marocain (6), quelles idées traversaient mon pauvre cerveau en passant sur le Parcours de Bel Abbès à Oujda, où les agglomérations deviennent de plus en plus rares, le paysage de plus en plus aride et sauvage. Ici au D.I.O. (7) j’ai retrouvé plusieurs camarades de ma Compagnie (8) partis avec moi mais revenus plus tôt. J’y ai trouvé aussi un homme de mon bataillon venu comme témoin au Conseil de Guerre (9) et qui m’a dit que la 24° Compagnie est maintenant à Aïn Leuh (10) (je ne connais pas l’orthographe exacte) et qu’on y est assez bien. C’est à 3 journées de marche de Meknès ; il paraît même qu’une des 4 compagnies du Bataillon est toujours pour un mois à Meknès. 
As-tu été chez Wooloughan (11) et au bureau ? Est-ce que l’agent de change a payé le cp. du M (12) ? Et Knudsen (13) a-t-il trouvé la serviette “Documents” et les factures dans le meuble américain ? As-tu des nouvelles de Me Palvadeau et de Penhoat ? De Me Lanos (14)?
Penses-tu encore un peu à moi ? Quant à moi, j’ai toutes mes idées à Caudéran. Je suis si heureux du temps passé auprès de toi, si malheureux de notre séparation et si fier d’avoir une petite femme si intelligente et courageuse que je ne suis toujours pas capable de concentrer mes idées sur un objet ou une conversation quelconque. Et, chose bizarre, j’ai une peur intime que de ton côté l’affection ne soit bien moindre, que tu ne t’éloignes de moi et que je ne finisse par te perdre complètement. C’est peut-être parce que je suis sans tes bonnes nouvelles depuis plus de 8 jours ou bien ... parce que je t’ai donné l’autorisation que tu sais ... (15) Pourtant je l’ai donnée dans un état d’esprit absolument calme et raisonné et je ne veux point la retirer. Mais, en secret, j’ai l’espoir que tu n’en useras pas ... C’est bête et je me conduis comme un gosse, mais tu me comprendras certainement ...
Comment vont nos enfants ? Georges et Alice ne toussent-ils plus ? Est-ce que Georges prend des leçons chez Melle Gabrielle (16)? Et la famille Lemaître (17) va-t-elle rester ? 
J’attends ta lettre à Taza comme un évangile (18), et te prie d’embrasser les gosses.
Reçois toi-même mes meilleures caresses et surtout écris-moi bientôt et souvent.

Ton Paul

Le bonjour à Hélène.


Notes (François Beautier, Anne-Lise Volmer)
1) - « une carte » : sans doute expédiée d’Oran, cette carte manque.
2) - « 3 fois » : l’un de ces courriers manque.
3) - « deux lettres et une carte d’Oran » : ces lettres manquent.
4) - « Bel Abbès » : Sidi Bel Abbès, siège de la Légion en Algérie.
5) - « « Lip » » : les guillemets encadrant ce nom d’entreprise horlogère alors renommée depuis plus d’un siècle, signalent que Paul sait manifestement qu’il s’agit de la contraction du nom de son créateur, Emmanuel Lipmann.
6) - « ce bled marocain » : la campagne marocaine.
7) - « D.I.O. » : Dépôt des Isolés d’Oujda (gîte militaire pour les soldats voyageant seuls en transitant par cette ville de garnison). 
8) - « ma Compagnie » : Paul appartient, depuis son affectation dans la Légion au Maroc en janvier 1915, à la 24e Compagnie du 6e Bataillon du 1er Régiment de marche du 1er Régiment étranger. 
9) - « Conseil de Guerre » : tribunal militaire réuni pour juger notamment des cas de désertion, de mutinerie, voire de trahison par passage à l’ennemi. En 1917, les Conseils de Guerre eurent à prononcer des « condamnations pour l’exemple » appliquées à des individus jugés par eux représentatifs de groupes supposés collectivement fautifs.
10) - « Aïn Leuh » : Paul, pour une fois, écrit du premier coup correctement un nom propre nouveau. Le poste d’Aïn Leuh, établi en altitude sur le versant nord du Moyen Atlas, se situe à 70 km au sud de Meknès à vol d’oiseau (et à 95 km par la route).
11) - « Wooloughan » : ami et collègue américain de Paul à Bordeaux. 
12) - « le cp. du M. » : le coupon de l’emprunt obligataire du Mexique.
13) - « Knudsen » : nommée pour la première fois ici, cette personne est vraisemblablement employée au bureau de Bordeaux de la société Leconte. En effet, c’est elle qui doit y fouiller pour Marthe le meuble de style américain où Paul rangeait ses papiers (voir la lettre du 20 octobre 1917). 
14) - « Me Palvadeau, Penhoat, Me Lanos » ces deux avocats et cet associé de Leconte interviennent dans les affaires judiciaires en cours de Paul.
15) - « l’autorisation que tu sais » : allusion au problème conjugal dernièrement réévoqué par Paul dans sa lettre du 1er novembre 1917 (voir la note « bonne volonté incontestable »).
16) - « Melle Gabrielle » : première mention de cette enseignante ou répétitrice privée. Marthe hésitait à envoyer ses enfants à l'école, craignant qu'ils ne soient stigmatisés en tant qu'Allemands.
17) - « famille Lemaître » : pour la première fois désignée par Paul au retour de sa permission (voir sa lettre du 28 octobre 1917), cette famille sous-loue une partie de la maison des Gusdorf. Entreprises par Marthe pour contribuer aux finances du ménage, ces sous-locations absorberont une bonne partie de son énergie.

18) - « comme un évangile » : Paul sacralise le courrier (qu’il attend) de Marthe.