vendredi 4 novembre 2016

Lettre du 05.11.1916

                                                      Edward Grey, 1st Viscount Grey of Fallodon

Madame P. Gusdorf  22 rue du Chalet 22  Caudéran

Touahar, le 5 Novembre 1916

Ma Chérie,

Voici un dimanche bien vilain : il pleut une pluie fine et pénétrante - un vent qui fait claquer les toiles de tente et grelotter les poilus ! Toutes les montagnes sont enveloppées de brouillard et on voit à peine à 100 m. Il paraît qu’un de nos courriers a été enlevé par les bicots il y a quelques jours : il se pourrait donc qu’une de mes lettres ait été perdue, ce doit être ou la lettre anglaise ou la lettre écrite en français (1) qui se sont suivies à un jour d’intervalle. 
Tes explications au sujet de la femme sont basées, je crois, sur une petite confusion. Une femme peut être belle sans être nécessairement chique bien que ce soient souvent les chiffons qui la rendent attrayante ou intéressante. Naturellement, si l’on croyait Mr. de Waleffe (2), il n’y aurait guère que la Française qui réunirait toutes les qualités et qui seule serait capable de rendre un homme parfaitement heureux. Et cependant, en homme qui connaît le monde, il devrait savoir que la réputation de la femme française à l’Étranger n’est point si brillante que cela au point de vue d’épouse ou de femme d’intérieur : c’est du moins l’expérience que j’ai faite dans plusieurs pays et en parlant à beaucoup d’étrangers. Je crois du reste que si les journaux français ont fait leur possible pour soutenir - pendant la guerre - le moral des populations, ils ont, d’un autre côté, souvent dépassé le but et créé un sentiment de supériorité qui n’est pas toujours justifié et peut-être même fait tort aux gens d’une intelligence médiocre, tout comme cela s’est passé avant la guerre dans certains milieux de l’Allemagne. De même la fameuse camelote allemande sera souvent encore la bienvenue surtout si, comme tout laisse le croire, les articles bon marché ne peuvent être fabriqués dans d’aussi bonnes conditions en France et en Angleterre. Il n’est pas facile de se rendre compte ici des véritables sentiments populaires en France, car les Français de la Légion constituent un élément qui est heureusement assez rare en France. Les paroles du vicomte Grey (3) - les journaux anglais ont toujours été minutieux dans l’énumération des titres - concordent à peu près avec les idées exprimées dans les S.W. Daily News (4) que je t’ai envoyés en coupure. Et je reste pour ma part persuadé que s’il y a un grand changement sur la carte d’Europe ce sera surtout au détriment de l’Autriche, alors que l’Allemagne ne perdra pas grand’chose géographiquement, sauf bien entendu l’Alsace-Lorraine (5). Le renversement des rôles devant Verdun n’est peut-être qu’un succès local, mais venant après ceux de la Somme il aura certainement autant d’importance que la prise de Constansa par les Allemands (6), aussi regrettable que soit ce fait pour la terminaison des opérations. 
Pour ce qui est de notre cas particulier, il est profondément regrettable de de perdre ainsi bêtement quelques-unes des meilleures années de notre vie commune. Mais songe qu’une permission de 10 jours, aussi réconfortante qu’elle soit pour notre moral, ne changera pas grand’chose au fait brutal que nous nous retrouverons vieillis de quelques bonnes années qui comptent double au point de vue des privations et de la grande fatigue qui, elle, constitue l’âge ou la vieillesse. Mais au point où en sont les choses, je crois que ce sont moins les joues roses et les figures fraîches qui sont les principaux facteurs de l’amour et de la tendresse réciproques. Certes, la différence, le chemin parcouru paraîtront au premier abord plus brutaux, plus visibles, mais je ne crois pas que cela changera beaucoup aux sentiments. On sera aussi devenu moins exigeant et plus modeste : la liste des souvenirs communs n’en sera que plus longue ! Et il y aura sans doute tant de nouveaux efforts à faire pour se conformer à la nouvelle situation créée par la guerre que nous n’aurons pas beaucoup de temps pour compter nos cheveux blancs - je parle naturellement des miens - ou pour réfléchir sur les autres traces laissées par le temps. Et pourtant, je ne peux pas encore m’imaginer que nous avons un enfant de plus de 7 ans (7).
Reçois, ainsi que les enfants, mes meilleurs baisers.


Paul



Notes (François Beautier) 
1) - Il s'agit sans doute des lettres des 29 et 30 septembre, mentionnées dans la lettre du 1er novembre, qui n'ont effectivement pas été retrouvées.
2) - "Mr. de Waleffe" : mentionné une précédente fois sous le nom de "M. de Walfelen" (dans la lettre du 23 octobre), cet auteur mondain - Maurice de Waleffe - est un spécialiste du "chic féminin". Il semble que Marthe s'intéressait à ses jugements concernant la femme moderne tout en se désolant de n'être pas "La Française" dont il faisait systématiquement l'apologie.
3) - "vicomte Grey" : Edward Grey, baronnet puis vicomte Grey de Fallodon (1862-1933), fut Ministre des affaires étrangères britanniques de 1905 au 10 décembre 1916. Sa modération s'illustra particulièrement dans le rapprochement anglo-russe de 1907 puis dans l'arbitrage de la crise d'Agadir (au Maroc, entre la France et l'Allemagne) en 1911. 
4) - "S.W. Daily News" : journal des Galles du Sud publié à Cardiff.
5) - "Lorraine" : Cette prévision de Paul se réalisa effectivement avec les traités de 1919 et 1920.
6) - "par les Allemands" : la bataille de Verdun s'achève officiellement le 19 décembre 1916 après la reprise du fort de Douaumont le 24 octobre ; celle de la Somme est déclarée officiellement terminée le 18 novembre 1916 après une nouvelle offensive britannico-française lancée le 25 septembre 1916 (cependant, Paul va un peu vite : le jour même de sa lettre, le 5 novembre, les Français reculent devant le bois de Saint-Pierre Vaast) ; la prise de Constanza (port roumain bombardé par la flotte allemande puis assiégé et pris en octobre 1916 par les troupes bulgares soutenues par les Allemands et les Turcs) est officiellement datée du 28 octobre 1916. Cependant les combats y durent encore en décembre.
7) - "de plus de 7 ans" : Suzanne est née le 1er juillet 1909.