jeudi 25 juin 2015

Lettre du 25.06.1915

Affiche de publicité pour le chocolat Meunier vers 1900 
Madame P. Gusdorf  22 rue du Chalet 22  Caudéran

Taza, le 25 Juin 1915

Chérie, 

Ta lettre du 15 m’est parvenue hier et celle du 17 ce soir ; je t’ai adressé hier une carte postale et le 23 une lettre qui, toutes deux, j’espère, sont promptement arrivées à destination. J’aime également à croire que la lettre pour Suzette et son petit colis ne seront pas trop en retard. Le mandat-poste de Frs 50.- est également en ma possession et je t’en remercie : inclus quelques coupures en retour. Je joindrai les autres à ma prochaine lettre pour éviter une surtaxe.
Leconte nous avait bien prévenus dès le début de la guerre qu’il chercherait un bureau meilleur marché ; à vrai dire, je suppose qu’il a eu des histoires avec son propriétaire pour qu’il change, car le local qu’il occupait était réellement joli et au surplus bien situé. Quant à mon observation que je ne savais pas ce que le Commissaire avait à m’écrire, elle répondait simplement à ta réflexion que peut-être j’avais eu de ses nouvelles. Il existait bien 2 Meyer, tous les deux cyclistes de profession ; l’autre, qui n’a cependant pas eu autant de succès que Henri, s’appelait Aldo (1) et était originaire de Ludwigshafen. Je ne crois cependant pas que ce fut lui, car il était bien moins élevé et aussi acclamé que son homonyme. Quant à François Faber, il était Luxembourgeois, ainsi que le fameux coureur à pied Jacques Kayser (2) qui était également à Bayonne. La Petite Gironde avait annoncé la mort de Faber sur le front alors qu’il se trouvait encore à Bayonne et Faber en avait ri beaucoup. D’une façon générale, la Légion doit avoir eu énormément de pertes dans cette guerre. Un détachement expédié de Bel Abbès a participé à l’action dans les Dardanelles où il avait été débarqué tout à fait au début. J’ai appris depuis que mon capitaine de la 26° (3) à Bel Abbès, un Alsacien, y a été grièvement blessé. Il y avait du reste à ce sujet un article sur le Journal (de Paris) relatant que le détachement de la Légion, ayant perdu tous ses gradés, a été conduit à l’assaut par un Caporal. Il y avait en tout 20 000 Légionnaires, Zouaves et Sénégalais contre 60 000 Turcs et ces derniers ont été chassés de leurs tranchées (4).
Que Suzette sait déjà lire des phrases sans trop de peine me fait beaucoup de plaisir. J’ai gardé le souvenir très vivant de mon entrée à l’école primaire à l’âge de 6 ans - comme le temps passe tout de même vite si je pense qu’aujourd’hui j’ai déjà une fille de 6 ans (5) qui commence à lire.
Comme déjà dit, je supporte jusqu’ici la chaleur très bien ; je n’ai même plus mes coliques d’autrefois, car comme elles peuvent devenir assez facilement de la dysenterie ici je mange beaucoup de chocolat. Ce dernier article est maintenant en abondance à Taza : Menier, Lombard, Poulain, enfin toutes les bonnes marques. Les oeufs ne coûtent plus que 1 1/2 sou la pièce et descendront bientôt à 1 sou j’espère.

Meilleurs baisers pour toi et les enfants.


                                                  Paul 


Notes (François Beautier)
1) - "Aldo Meyer" : ce cycliste allemand n'a laissé aucune trace historique accessible.
2) - "Jacques Kayser" : ce coureur à pied luxembourgeois non plus.
3) - "de la 26" : de la 26ème Compagnie.
4) - "chassés de leurs tranchées" : la Campagne des Dardanelles (dont l'opération terrestre de Gallipoli) est alors en cours : elle a commencé en janvier 1915 et s'achèvera par la retraite des Alliés de septembre 1915 à janvier 1916. Les troupes françaises ont débarqué avec l'ensemble du corps expéditionnaire allié à partir du 25 avril. En juin, elles ont déjà perdu un quart de leurs effectifs (dont des légionnaires) dans des combats toujours vaillants mais vains puisque chaque prise d'une position turque était irrémédiablement suivie de sa reconquête. 
5) - "6 ans" : Paul rectifie deux fois sa précédente erreur.